Deadly Class 4 – Die for me

  • Deadly Class 4 – Die for me

Samedi dernier lors de notre promenade BD, le tome 4 Die for me de Deadly Class a atterri dans mon sac !

La chasse aux rats est ouverte !

Il reste un dernier examen pour finir l’année, il s’agit d’une tuerie où les élèves ont carte blanche pour s’éliminer entre eux. Les « rats » (élèves dont les familles ne sont pas liées au crime organisée) sont donc la cible privilégiée des autres élèves. La chasse est alors ouverte, les autres élèves feront tout pour supprimer ces éléments gênant. Au milieu de ce chaos complet, Marcus et ses amis parviendront à s’échapper tandis qu’un autre élève Shabnam profite de la situation pour manipuler son monde et prendre le pouvoir. Marcus devient alors l’homme à abattre ! Vous l’aurez compris, les règlements de compte seront donc au programme de ce titre.

Une chasse mais pas que…

J’ai trouvé qu’en plus de ces règlements de compte, ce titre amorce une nouvelle intrigue et le rythme s’accélère. Il est vrai que ce titre est une vraie course poursuite, c’est très violent, les têtes volent, il y a beaucoup de sang. les couleurs sont flashy. J’ai l’impression que Rick Remender s’amuse beaucoup à tout cela, le rythme est ici effréné. Mais il n’y a pas que cela, il y aussi tout un questionnement : Ce qu’est un véritable ami, ce qui compte vraiment… Les personnages se dévoilent plus dans cet épisode car il s’agit de leur propre survie.

On prend ou pas ?

Pour moi, Deadly class est un régal pour les yeux (merci Wes Craig, complètement fan de la composition de vos dessins), je suis la série depuis ses débuts et je ne m’en lasse pas. Au delà de la simple course poursuite, j’ai aimé l’évolution des personnages et ce qu’augure ce chapitre. On peut croire que rien ne sera plus pareil pour nos élèves après tout ce qui s’est passé ici et j’espère que la suite ne me décevra pas. 

 

 

 

 

Deadly Class tome 4 Die for me Couverture du livre Deadly Class tome 4 Die for me
Rick Remender
Urban Comics
13-01-2017
Wes Craig

1988, Marcus Lopez s'apprête à terminer sa première année de formation à l'Académie Kings Dominion des Arts Létaux, et l'heure de l'examen final a sonné. Mais une chose est sûre, qu'ils réussissent ou qu'ils échouent, aucun élève ne sortira de cette épreuve sans avoir du sang sur les mains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *