La horde de contrevent 1 Le Cosmos est mon campement

  • La horde de contrevent 1 Le Cosmos est mon campement

Gros morceau de SF par Alain Damasio, voici que La horde de contrevent est adaptée en BD ! J’aime la SF, j’aime la BD et je n’ai encore jamais tenté l’aventure de cette horde. L’occasion idéale donnée par Delcourt et Eric Henninnot pour m’y lancer !

Une horde d’éditions ?

Photo du tirage de tête récupérée sur le FB des éditions B&W

Avant de nous lancer, parlons des éditions. L’album parait chez Delcourt, dans une version classique comme toute BD. Un poil plus longue que la normale puisque composée de 74 planches si je ne me trompe pas. Par contre les éditions Black & White proposent un tirage de tête plutôt joli de l’album mais à un prix assez élevé (185 euros de mémoire). Un bel objet de collectionneur qui était disponible en avant première à Quai des Bulles à St Malo !

Henninot plus courageux qu’un Golgoth ?

Mais revenons au titre. Jusque là dessinateur plutôt doué, Eric Henninot prend le sujet à bras le corps et propose à Alain Damasio, l’auteur du roman originel, de prendre lui même en charge le dessin ainsi que l’adaptation au format BD ! La préface, signée de ce même Damasio est très intéressante à lire d’ailleurs à ce sujet pour qui à le courage de lire ces 3 pages d’introduction.

Du courage justement, c’est qu’il m’a fallu pour me lancer dans cette lecture. Je lis le soir avant de m’endormir (des fois je m’endors même sur ma BD… bref le débat n’est pas là !). Or ce titre m’a rendu la tâche difficile. Des bulles denses, bien remplies ainsi qu’une Typo me semblant assez petite ou trop claire ne m’ont pas simplifié la vie. A la première page, une introduction digne d’Astérix présente les personnage principaux… Mais en plus dense… J’ai voulu abandonner…

La Horde se mérite !

..Mais j’ai persévéré. Et au fil de la lecture, j’ai appris à reconnaître ces personnages, à comprendre (un peu) leur rôle et surtout leur caractère. Et cette lecture, qui au début m’a paru si difficile, est presque devenue agréable. Presque seulement ? Oui, parce que la lecture m’a tout de même semblé difficile à cause des textes. Ai je eu un album avec une impression faiblarde ? Possible. En tout cas je recommande de regarder les textes avant achat pour vous assurer que tout est bien lisible. Mais ce constat se limite fort heureusement au lettrage !

Ne connaissant pas l’oeuvre originale, je serai mal placé pour discuter de l’adaptation, mais force est de constater que ce premier tome est une réussite. La composition, le rythme, tout tient la route dans cet album d’un point de vue scénaristique. Oui c’est un album bavard. Mais il me semble que les relations entre les personnages sont très importantes et cela passe par de nombreux dialogues en plus des différents événements.

A l’aventure, compagnons !

On suit avec plaisir cette horde, la 34ème, partie depuis 27 ans et affrontant le vent afin d’essayer d’être la première à remonter à sa source. Il s’agit donc d’un petit groupe qui vit ensemble depuis de longues années et qui a affronté bien des épreuves. Pour l’aborder, le scénariste a changé la narration. Si le livre dont est adapté cet album change régulièrement de narrateur au sein de cette horde, Eric Henninot a choisi ici d’aborder la Horde de Contrevent du point de vue de Sov, le scribe. C’est une choix finalement logique puisqu’il s’agit du personnage chargé de retranscrire l’aventure.

Mais peut on dessiner le vent ?

Définitivement, Eric Henninot prouve que oui, le vent peut être dessiné. Si le dessin est superbe et les compositions bien trouvées, même si certains plans paraissent difficiles à aborder de prime abord, le vent est à la place qu’il mérite ici. Si le premier ennemi de la horde est la horde elle même, il est néanmoins impossible d’en oublier le vent pou autant !

Alors, on la suit cette Horde de contrevent ?

Parce qu’il s’agit d’une oeuvre de SF reconnue, parce que cet album tient la route et est de bonne qualité, oui, on la suit. L’histoire est prenante, nous tient en haleine toute la lecture durant, et donne même envie d’en connaitre la suite. Ce n’est pas une lecture forcément rapide, il faut tout de même suivre un peu, on le lit pas a horde de contrevent comme on lit Gaston par exemple. Mais cela reste tout de même une bonne lecture. Au point de me donner envie de lire le roman ? Possible…

La horde de contrevent - 1 - Le Cosmos est mon campement Couverture du livre La horde de contrevent - 1 - Le Cosmos est mon campement
La horde de contrevent
Eric Henninot
Delcourt
18/10/2017
74

Après une formation impitoyable, et alors qu’ils étaient encore enfants, ils ont quitté Aberlaas, la cité des confins. Leur mission : marcher d’ouest en est jusqu’à atteindre l’Extrême-Amont, source mythique du vent qui balaye leur monde jour et nuit, sans trêve ni répit. Ils sont la 34e Horde du Contrevent. Golgoth ouvre la marche ; derrière lui, Sov, le scribe, sur les épaules duquel l’avenir de la Horde tout entière va bientôt reposer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *