Pause – Par l’auteur de Zaï Zaï Zaï !

Arsh a ramené dans sa besace le dernier livre de Fabcaro appelé Pause, j’ai évidemment lu et adoré Zaï Zaï Zaï alors c’est parti pour la revue du petit nouveau !

Petit souci d’inspiration

Comment écrire une nouvelle BD après avoir connu un succès fou ? C’est ce qui est arrivé à Fabcaro avec son Zaï Zaï Zaï, alors comment retrouver l’inspiration ? Ne pas faire la même chose mais ne pas décevoir ses lecteurs, voilà le dilemme. C’est donc ce sujet que Fabcaro explore dans Pause. C’est certes moins léger que son précédent ouvrage mais sa marque de fabrique, l’absurde est bien là ! C’est à la fois un journal de bord, des tranches de vie personnelle et des cases de gags complètement barrés, il faut donc aimer ce côté fourre-tout car on passe sans cesse de l’un à l’autre.

Du recul sur lui-même

Ce que j’ai le plus aimé dans Pause ? Le questionnement sur la création dont parle l’auteur et surtout le recul qu’il a. J’ai franchement ri en lisant les références au succès de Zaï Zaï Zaï, le SAV de l’inspiration et les idées saugrenues qui vont avec. Le fait que la famille de Fabcaro apparaisse m’a aussi fait sourire, ça crée une proximité et c’est très réussi. J’ai été touchée par cet auteur, hypocondriaque, pris de court par le succès. Il y a dans ce livre des questions existentielles teintées d’humour, c’est profond et drôle à la fois. Et le dessin ? Ce n’est pas ce que je regarde en premier quand je lis Fabcaro, j’aime le ton surtout, c’est ce qui l’emporte ici.

On prend Pause ?

Arsh n’a pas été emballé en le lisant, de mon côté j’ai trouvé cette lecture décalée et drôle. Je suis très sensible à cet humour absurde, le sujet est moins léger que son dernier livre mais tout aussi réussi. C’est plus personnel tout en gardant la patte de l’auteur. Si le côté décousu ne vous effraie pas, je vous conseille cette lecture ! Pour moi, Fabcaro fait passer des sujets sérieux sous un trait léger et des gags improbables.

 

 

Pause Couverture du livre Pause
Fabcaro
La Cafetière
28-04-2017

Comment un auteur vit son succès, non sans subir les affres de la création et la peur de voir fuir les muses. Le tout avec une sacrée tendance à la somatisation et l'hypocondrie...
De cette période "un peu flottante", Fabcaro réalise un album dans la logique de continuité de thèmes qui lui sont chers. On retrouve ainsi son talent à dépeindre avec humour ses travers et défauts, à traiter de sujets profonds sans lourdeur, à en donner une perspective qui nous touche en miroir. Des éléments toutefois étonnants, avec une couverture à l'identité graphique forte où le titre est symbolisé par le logo «Pause» et une oeuvre comportant une touche d'expérimentation : à la fois chronique et journal de bord, elle mélange planches, strips et dessins. Un pêle-mêle calculé qui joue sur les respirations, les vides, les rythmes, comme autant de symboles des doutes de l'auteur, sans volonté d'esthétisme élitiste. Par ailleurs, son graphisme a mûri et évolué depuis quelques temps, se nourrissant même parfois de styles différents. L'album séduira les inconditionnels car, si son personnage manque d'inspiration, elle ne fait pas défaut à son auteur et alter-ego. Et les nouveaux lecteurs découvriront la richesse de son univers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *