Shangri-la, la Bombe SF de l’année ?

Cadeau de noël idéal, Shangri-la semble être la BD Sf de cette fin d’année. Du coup, je me suis aussi laissé tenter !

Des fois, il y des signes qui ne trompent pas. Laisser s’écouler 15 jours entre le moment où l’on commence un bd et celui où on l’a termine en est généralement un mauvais. Surtout si on lit d’autres titres entre ces 2 moments ! C’est d’autant plus paradoxale que cette BD à du bon !

Une histoire…

Si on exclu les arguments commerciaux (Bon titre SF, Belle couverture, grosse pagination, prix bas, titre one shot), il reste encore beaucoup à dire sur ce titre.

En premier lieu l’histoire de Mathieu Bablet, n’est pas mauvaise. On prend notre époque, on part loin dans le futur et on accentue fortement les dérives. Tianzhu est un peu le nouvel Apple, avec un nouveau produit régulier qui rend obsolète le précédent tout en s’assurant un contrôle total sur la population, une minorité un peu chahutée, et une volonté des dirigeants de substituer au Dieu et ainsi créer la vie. Ok c’est un pitch souvent repris, mais ici c’est plutôt bien raconté. Ce qui me plait moins, ce sont la fin et le commencement, qui forment au final une sorte de boucle mais que malheureusement j’ai eu beaucoup plus de mal à comprendre.

…Sans le dessin

Et c’est malheureusement là que le bas blesse. Généralement si le dessin ne me plait pas, je ne me lance pas dans une bande dessinée puisque j’y accorde beaucoup d’importance. Et c’est finalement ce qui est arrivé. Sans cesse en train de me demander qui est qui, qui fait quoi, le dessin, et c’est un avis totalement subjectif, n’est pas à mon goût. De fait, pour moi, impossible de m’immerger dans ce titre et donc d’en profiter pleinement.

C’est d’autant plus dommage que je reconnais la qualité du scénario, même si je trouve que l’auteur appuie un peu trop les mauvais côté et les a trop poussé, mais c’est son choix et c’est ce qui dicte l’histoire ! Toujours est il que connaissant les goûts de certains amis à moi, je n’hésiterai sans doute pas à leur offrir ce titre pour noël même sans l’avoir aimé. Et c’est là un point important. Shangri-la est sans doute une très bonne BD, qui gagnera des prix, mais je suis passé complètement au travers !

Alors on le prend ce Shangri-la ?

Rien ne sert d’en rajouter, je n’ai pas aimé ce titre. Mais paradoxalement c’est un bon titre pour peu que l’on goûte au dessin. Et vu le prix, la pagination et le scénario, c’est un beau cadeau de noël qu’on tient là. Mais pas seulement ! Ses nominations dans la plupart des prix de BD montrent que le titre à des qualités, beaucoup même. Donc je n’ai pas aimé, mais feuilletez le, et si le dessin vous plait, vous ne serez certainement pas déçu !

Shangri-la Couverture du livre Shangri-la
Mathieu Bablet
SF
Label 616
20/07/2016
Grand format
220

Dans un futur lointain de quelques centaines d’années, les hommes vivent dans une station spatiale loin de la Terre. La station est régie non pas par un gouvernement, mais par une multinationale à qui est voué un véritable culte. En apparence, tout le monde semble se satisfaire de cette « société parfaite ». Dans ce contexte, les hommes veulent repousser leurs propres limites et devenir l’égal des dieux. Et c’est en mettant en place un programme visant à créer la vie à partir de rien sur Shangri- La, une des régions les plus hospitalières de Titan, qu’ils comptent bien réécrire la « Genèse » à leur façon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *