Superman (2016) – DC Rebirth – Son of Superman – La critique

Premier titre de DC rebirth lu et même attendu, j’ai dévoré ce premier arc de Superman. Les noms de l’équipe créative n’y étant pas innocents, j’ai pour une fois accordé une confiance aveugle dans un titre DC en espérant ne pas être déçu. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce ne fut pas le cas !

superman_Comme chaque mois, lors de la lecture des previews, il faut choisir quels titres commander dans les mois qui vont suivre. Cette étape est d’autant plus importante lors d’un relaunch comme ce DC Rebirth. Si ma première idée était de laisser tomber les quelques séries que je suivais encore au vu du faible niveau de qualité de celles-ci, une annonce a retenu mon attention et guidé mon choix. Peter J. Tomasi, accompagné de Patrick Gleason, allait prendre en main le destin d’un des héros le moins bien loti de ces dernières années, l’homme d’acier et se série Superman.

Après un long run réussi et acclamé sur Batman & Robin, les voilà basculé sur l’autre fer de lance de l’écurie DC. Bon, au premier coup d’oeil, on remarque une similitude. Ils ont excellé sur la relation entre Bruce et Damian sur leur titre précédent. Voilà que maintenant on leur confie une relation identique entre un père et son fils. C’est effectivement ce qui parait à première vue.

Et si les auteurs se renouvelaient ?

Mais là ou l’auteur nous prend une première fois à contre pied, c’est que ce traitement est complètement différent. Jonathan (Le rejeton de Clark) est l’opposé de Damian. Bon c’est facile quand on a pas été élevé par la ligue des assassins. Mais toujours est il que c’est un enfant tout ce qu’il y a de plus commun, sauf que ses pouvoirs commencent à se manifester. Alors oui, on a un peu cet effet superman_4Smallville, mais cette fois, Papa est là pour cadrer tout ça. Et justement, comment le cadrer ? Ce premier arc est clairement une introduction à cette famille et à la gestion du cas Jon par SuperPapa. Et si jamais ce duo ne suffisait pas, il faut aussi y aussi y ajouter une certaine Lois, qui n’est autre que la mère (et ça n’étonnera personne) de ce petit Superman en herbe (qui a dit Superboy ?).

Pour mettre tout ce bouzin en place, rien de mieux qu’un méchant qui se revendique Kryptonien et qui en veut à Kal El (Aka Superman, Aka Clark si jamais tu ne savais pas…) mais surtout à Jon, qui n’est que moitié kryptonien (Et donc moitié terrien par sa mère). Cet ennemi veut donc retirer la part humaine de Jon. Mais il restera secondaire au long de cet arc dont le centre d’attention est clairement ailleurs ! Au fil de cette lecture, on découvre un Jon attachant, fier de son père et voulant suivre ses pas, mais aussi un peu effrayé par cette icône qu’est Superman. Et c’est un Superman qui ne sait pas comment réagir face à l’apparition de ses pouvoirs mais qui va devoir y faire face tout en gérant un ennemi avec sa famille au milieu. Et enfin une Lois peut être un peu (trop) en retrait, qui laisse la part belle à la mise en place de cette relation père fils.

superman_1Patrick Gleason, lui, fait ce pour quoi on aime son dessin. Les traits sont efficaces, Il participe grandement à rendre Jon attachant tout en assurant sur l’ensemble des numéros. Bref, rien à redire sur un dessinateur que j’aime de plus en plus et qui, il me semble, est même crédité au scénario en compagnie de Tomasi. Et puis quelques images bien marquantes qui sont les bienvenues et qui collent tellement à ce qu’on attend de voir dans un Superman, qui reste tout  de même à mes yeux LE héros par excellence, aimé du peuple. La fin de la scène sur la Lune donne quelques cases franchement géniales.

superman_2

Alors, on prend ?

Ok, tout n’est pas encore parfait. Lois trop en retrait, un méchant un peu secondaire, peu de choses expliqués sur cette famille Smith, mais bon, il ne faut pas cacher son plaisir quand il est là ! Le duo est donc encore une fois efficace sur cette nouvelle série et en fait assurément une série majeure du catalogue DC. Cette fois, l’approche se fait du côté d’un Superman qui semble hésitant, cherchant peut être même sa place sur cette planète. Et son fils va au final l’aider à s’y retrouver, tout en lui apportant cette relation nouvelle. Superman a enfin une série à sa hauteur et c’est un vrai plaisir de lire des aventures intéressantes pour un homme d’acier qui a trop longtemps été à l’ombre d’un certain Batman (qui ne voit clairement pas cette arrivée d’un bon œil ). C’est pour moi un must read de ce Rebirth. On attend maintenant impatiemment la suite et pourquoi pas ce Super Sons, duo improbable entre Jon et Damian signé Peter J. Tomasi et qui va, je l’espère, tout autant me ravir.

Superman #01 - #06 Couverture du livre Superman #01 - #06
Superman (2016)
Peter J. Tomasi
Comics
DC Comics
Souple
22
Patrick Gleason
Mick Gray
John Kalisz
The son of superman

“THE SON OF SUPERMAN”

The Last Son of Krypton must decide whether to help his young son use his new and rapidly increasing abilities, or hide them from the world.

THE CREATORS: The team supreme that brought fans the adventures of Damian Wayne in BATMAN AND ROBIN returns for the adventures of Superman and his offspring.

Series NavigationSuperman (2016) #7 – Our town – La critique >>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *